Les Arcanes Majeurs : pour les grands principes et les grandes décisions de la vie

Les arcanes majeurs sont des lames dans le tarot. Celui-ci est le nom que l’on a donné à plusieurs jeux de cartes au nombre de 78. Selon les connaisseurs dans ce domaine, au début, l’usage de ces cartes a purement été ludique. Ce n’est que vers la fin du XVIIIe siècle qu’elles ont été utilisées pour des fins occultes et divinatoires. Ce jeu est composé de deux lames : les majeurs et les mineurs. Mais pour cette fois, découvrez ce qu’il en est de ces premières composantes et de la signification arcanes majeurs.

Une séance de tirage au sort au tarot : comment ça se passe ?

Pour prédire l’avenir et aider dans certaines prises de décision, le tirage de tarot est codifié. Le médium qui vous tire les cartes doit généralement observer trois étapes :

Il vous demande de commencer par poser une question qui vous tient à cœur. Vous devez alors vous concentrer sur celle-ci pendant que le voyant mélange les cartes tarot. Il va ensuite couper le jeu et l’étaler en bande devant vous.

Il vous invitera ensuite à choisir plusieurs cartes au hasard. Il vous est toujours conseillé de vous concentrer sur votre question et de suivre votre intuition.

Le médium procède après à l’interprétation de la série que vous avez tirée. Il se peut qu’il vous demande de réaliser de nouveaux tirages pour avoir plus d’exactitude.

La structure du tarot

Comme dit précédemment, ce jeu est composé d’arcanes mineurs et majeurs. Les lames mineurs sont au nombre de 56 et sont considérées comme des compléments « divinatoires » et représentent les 56 faces de ce qu’on appelle « diamant de la clairvoyance ».

Les 22 autres sont alors les arcanes majeurs représentant les 22 éléments ou archétypes de la Création entière.

Il y a également la lame dépourvue de chiffre qui est « Le Mat » représentant « Le Joker ».

Toutes ces composantes fait de lui un outil puissant qui aide dans les prises de décisions ainsi que dans les grands principes. En effet, il ne confirme pas l’avenir du consultant. Il indique tout simplement les divers choix et alternatives qui s’offrent à lui selon les indices annoncés par le tirage.

Dans ce sens, les 56 vous indiquent les événements et les contextes extérieurs, tandis que les autres vous parleront du rôle que vous devez jouer ainsi que les choix et les opportunités qui s’offrent à vous.

Vous devez savoir que le nombre 78 des cartes du tarot ramène au « moteur du cosmos » et les 78 semences de la Création.

Les mineurs représentent alors les éléments corrélationnels : les 4 points cardinaux ainsi que leurs élémentaux.

Les autres reflètent La Roue qui symbolise les cycles régissant les destinées et l’univers.

Quant à la lame sans chiffre, celle-ci représente l’Adam ou « l’humain » qui se situe au milieu de tous les éléments de la création.

Les deux groupes d’arcanes

Ce jeu possède deux groupes bien distincts, les majeurs et les mineurs au nombre respectifs de 22 et de 56. Ces dernières servent à la « divination » tandis que les autres forment un livre d’instruction, d’outil  « initiatique » et de guide.

Les 56 se divisent en 4 groupes qui représentent respectivement les 4 éléments dont la terre, l’eau, l’air et le feu. Le groupe des 22 quant à lui est en fait un groupe de 21+1 sans chiffre : Le Mat. Cette composition des 21 se divise en 3 « septénaires » qui représentent les 3 plans de l’existence à savoir le physique, le spirituel et l’astral.

Celui sans chiffre est la représentation de l’ignorant qui regarde « La Constellation », ou bien le Pèlerins qui veut pénétrer dans « Le Sanctuaire ».

Les arcanes majeurs

Celles-ci sont utilisées pour des fins divinatoires. Elles forment ce qu’on appelle « Livre des enseignements des pèlerins ». Elles sont considérées comme des portes s’ouvrant sur un ou bien plusieurs aspects d’apprentissage des aspirants initiés.

Elles constituent « La Roue » qui est  La Rota… Le Tarot. À l’exception du Mat, chacune est numérotée en chiffre ou nombre romain et possède un nom à savoir :

Le Bateleur ou Magicien (I)

La Papesse ou Grande Prêtresse (II)

L’Impératrice (III)

L’Empereur (IV)

Le Pape ou Hiérophante(V)

L’Amoureux (VI)

Le Chariot (VII)

La Justice (VIII)

L’Ermite (IX)

La Roue de Fortune (X)

La Force (XI)

Le Pendu (XII)

La Mort ou L’arcane sans nom (XIII)

Tempérance (XIV)

Le Diable (XV)

La Maison Dieu ou Tour (XVI)

L’Étoile (XVII)

La Lune (XVIII)

Le Soleil (XVIIII)

Le Jugement (XX)

Le Monde (XXI)

Le Mat (non numéroté).

Le cycle des arcanes majeurs

La première étape consiste aux découvertes et aux commencements. Le voyage commence alors avec le Bateleur (I) ouvrant la créativité. C’est grâce à lui que le Mat prend conscience qu’il lui est possible d’agir sur la matière. Vient ensuite la Papesse (II), qui a pour attributs principaux le voile et le livre. Elle évoque la connaissance et ouvre l’esprit du Mat. Vient ensuite l’Impératrice (III) (la mère) qui symbolise la fertilité et l’abondance, suivit de près par l’Empereur (IIII) (le père) symbolisant la stabilité et l’autorité ; et le Pape (V) qui porte le poids de la tradition et endosse également le rôle de sage conseiller ainsi que celui de protecteur.

Dans la deuxième étape on trouve des hésitations et des choix qui commence par l’Amoureux (VI) reflétant l’hésitation et le choix. Le Chariot (VII) montre l’adversité qui se termine par un succès. Cependant, quoi qu’il en soi, l’issue est juste, comme le montre la Justice (VIII). Toutefois, il est nécessaire de prendre du recul avec l’Hermite (VIIII) qui prône le retrait en favorisant ainsi l’assimilation des leçons reçues. La route du Mat continue avec la Roue de la Fortune (X) avec la chance qu’elle apporte. Cette étape se termine avec la Force (XI) qui symbolise l’humilité.

S’en suit la troisième étape qui est celle des épreuves. Celle-ci commence par le Pendu (XII) incarnant les blocages et le sacrifice. Mais, le pèlerin doit poursuivre sa route avec l’Arcane Sans Nom (XIII) qui reflète un changement radical. Il va alors se reconstruire avec Tempérance (XIIII) qui lui enseignera la patience. Avec ses acquis, il lui sera possible de passer à l’épreuve suivante qui est celle du Diable (XV) montrant la tentation et les addictions en tout genre. Il se peut qu’il soit fragilisé comme le laisse penser xvi maison dieu qui sont les surprises et les accidents.

Avec la Maison-Dieu (XVI) vient la dernière étape qui est l’élévation spirituelle et l’épanouissement du pèlerin. Celle-ci commence avec l’Étoile (XVII) montrant la réalisation de rêves en tant que récompense suite à toutes les épreuves endurées. Il peut alors aller vers le domaine céleste qui est la Lune (XVIII) qui indique le développement de l’imagination. Elle porte en elle une énergie obscure et féminine, contrairement à celle du Soleil (XVIIII) qui est rayonnante et masculine. Celui-ci apporte un dénouement heureux dans la joie. Le Jugement (XX) donne au pèlerin la capacité de s’ouvrir à ces choses qu’il ne pouvait voir jusque là. Le cycle se termine avec le Monde (XXI) indiquant qu’il a atteint le but suprême et qu’il a pris la place qui lui revient de droit dans l’univers. Il a alors pleinement conscience de ce qui il est.

Astrologie chinoise : pourquoi chaque signe a un élément associé ?
Astrologie et sexualité : existe-t-il un profil sexuel pour chaque signe ?